La Gestion du changement-Maïeutyk

 

La gestion du changement – l’humain au centre des préoccupations

J’ai eu le plaisir de participer, en tant que partenaire à la 5e édition de la Conférence annuelle sur la Gestion du changement le 18 septembre, à Montréal.

Tout au long de la journée, j’ai eu la chance de rencontrer et de discuter avec plusieurs personnes sur un enjeu qui nous touche tous – la gestion du changement. Les conférenciers étaient des professionnels et des praticiens qui nous en ont mis plein la vue avec un savant mélange de théorie, de concepts et d’applications concrètes en forme d’études de cas.

Mon constat global – l’humain est au centre des préoccupations! Nous parlons de moins en moins de résistance au changement pour tendre davantage vers un état d’esprit axé sur le changement.

Ma première réaction: Enfin!

Lors de la conférence, l’équipe des Événements Les Affaires m’ont posé cette question: «Quel est le plus grand défi que vous rencontrez lors de la mise en œuvre d’un projet?» Voici ma réponse (un peu plus étoffée, car j’avais un compte à rebours!

 

Lorsqu’on vit des défis d’implantation, la cause provient souvent de deux sources:

  • L’initiative n’est pas clairement liée au «Why» global de l’organisation. Si elle est liée – ce lien n’a pas été communiqué à tous. Peu importe le cas, lorsque l’équipe commence à se fatiguer à mi-chemin, il est souhaitable de se remémorer le grand «pourquoi». C’est un élément motivateur et rassembleur.
  • Il y a une hésitation à inclure plusieurs personnes à plusieurs étapes du projet. La cocréation est une partie intégrale de notre approche et nous y croyons fermement. Lorsqu’on n’inclut pas plusieurs intervenants dans le développement et la création de la stratégie, l’implantation de la solution est plus longue et/ou pénible. De plus, impliquer davantage d’intervenants, plus tôt dans le projet, contribue à créer un sens d’appartenance à celui-ci.

 

Je vous partage en rafale quelques notions, trucs et astuces qui m’ont marquée tout au long de la journée:

  • Mots d’ordre pour la gestion du changement dans les années à venir: Agilité, résilience, mobilisation, engagement et innovation. Ces mots sont des façons de faire, d’être, de gérer et d’évaluer les résultats.
  • Dans les projets de gestion du changement à succès, les participants décrivent les émotions positives suivantes: Focus, enthousiasme, momentum, espoir et confiance.
  • Dans les projets de gestion du changement non réussis, les participants décrient les émotions négatives suivantes: Anxiété, confusion, frustration, fatigue et résistance.
  • «On ne prépare pas le changement – on le vit!» Dans le sens que les hauts et les bas sont dans l’instant présent et un climat d’écoute, de confiance, de transparence et d’empowerment facilite toute transformation.
  • Il faut cultiver une culture d’apprentissage constante.
  • Nous avons des indicateurs de performances certes – mais où sont nos indicateurs de comportement? Dans un environnement en plein changement, il est important d’identifier et de mesurer les comportements requis pour atteindre l’agilité.
  • L’humour… c’est drôle comment ça contribue à réduire la tension, à générer la cohésion, à cultiver l’authenticité et à assumer sa différence (chez soi et chez l’autre).
  • Miser sur la collaboration authentique, miser sur l’effet de surprise et l’inattendu, le changement c’est un parcours et non une destination!

 

Je termine ce billet avec le même souhait que j’ai exprimé aux participants – je vous souhaite l’accueil des hauts et des bas présents dans toute initiative d’amélioration continue. Cet accueil crée un espace de dialogue beaucoup plus riche et stimulant!